Coup de pouce


Ilots de fraîcheur - Ilots de chaleur

Sur cette question, vous pouvez consulter les documents suivants :
outils cartographiques de l'INSPQ
mémoire rédigé par Mélissa Giguère

La ville de Montréal ne possède pas de politique d'ensemble visant la lutte aux ilots de chaleur. Néanmoins, l'un des objectifs du Plan de développement durable de la collectivité montréalaise 2010-2015 de la Ville consiste à contribuer au verdissement et à lutter contre les ilots de chaleur urbains. Pour consulter la politique en version abrégée. Certains arrondissement possède une politique de lutte aux ilôts de chaleur et le verdissement et ont établi de la réglementation en ce sens. Au niveau des toits verts, la ville a publié en 2013 un guide technique pour encadrer la réalisation de toits verts sur les bâtiments sous sa juridiction

Des politiques sectorielles adoptées par la Ville de Montréal, telle que sa Politique de l'arbre, favorisent aussi la préservation d'un couvert végétal suffisant en milieu urbain, et par là même, la prévention des ilots de chaleur.

Les arrondissements montréalais ont pour leur part initiés plusieurs initiatives intéressantes visant la réduction des ilots de chaleur.


Verdissement

Les demandes de participation à des événements sont évaluées individuellement. L'envoi d'un représentant dépendra de la disponibilité des membres de l'équipe et de leur charge de travail respective.

Nous vous invitons à consulter le Guide du CEUM : Aménager des îlots de fraîcheur

Cette boîte à outils peut vous aider : http://www.revelezvotrenature.com/option-1-interne

Pour démarrer un projet de reverdissement avec d'autres citoyens motivés, inspirez-vous des projets retenus dans le cadre de Transforme ta ville et joignez le groupe Facebook Transforme ta ville https://www.facebook.com/groups/271912649678886/?fref=ts

Centre d'écologie urbaine de Montréal

Les éco quartiers donnent périodiquement des ateliers reliés à la mise en place de projets de verdissement durable. Pour savoir où et quand ils se donnent, consultez le site du Regroupement des éco quartiers.


Toits verts

  1. Déterminer le but du projet (écologique, production alimentaire, éducation, etc.), les personnes qui auront accès au toit et le budget disponible.
  2. Dans le cas d’un bâtiment existant, déterminez si des travaux de toiture sont prévus prochainement ou ont été réalisés dernièrement. Déterminer si la membrane d’étanchéité actuelle du toit est en bon état ou si elle a été récemment changée. Pour un nouveau bâtiment non-construit, s’informer sur l’étanchéité et la capacité portante de la toiture qui sera installée.
  3. Contacter un ingénieur en structure pour déterminer si la capacité portante actuelle du toit est suffisante pour supporter un système de toits verts.
  4. Si la capacité portante du toit existant n’est pas suffisante, il faudra faire réaliser une recommandation de renforcement par l'ingénieur en structure. Avec ces recommandations, vous serez en mesure d’effectuer les travaux nécessaires, si le budget et la règlementation le permettent.
  5. Lorsque la capacité portante est suffisante et que la membrane d’étanchéité est en bon état, vous êtes en mesure de contacter un professionnel de l’aménagement de toitures vertes qui pourra vous aider à choisir une technologie répondant à vos besoins, aux particularités de la toiture et vos budgets
  6. Quand votre technologie de toit vert et vos fournisseurs sont choisis, vous êtes en mesure de faire réaliser les plans et devis de votre toiture verte par un professionnel. Ces plans indiqueront notamment les caractéristiques du toit (pente, dimensions, capacités portantes, etc.), les éléments qui s’y retrouvent (structures de ventilation, sorties mécaniques, drains, etc.) ainsi que la composition de la toiture verte (membranes, substrat, végétaux, etc.).
  7. Ces documents permettront de faire une demande de permis à l’arrondissement ou la municipalité (si requis).
  8. À cette étape, vous serez en mesure de choisir votre installateur par une entente de gré à gré ou en allant en appels d’offres.
  9. Exécution des travaux.
    1. Si la membrane d’étanchéité est à changer ou si des travaux de renforcement de la structure du toit sont nécessaires : démolition du toit existant et installation des structures de renforcement si nécessaire
    2. Installation de la nouvelle membrane d’étanchéité (si nécessaire)
    3. Installation des diverses sections en fonction de la technologie choisie (panneaux de drainage, matelas capillaire, système d’irrigation, membrane anti-racine, terreau, végétaux).
    4. Entretien des végétaux; arrosage si système sans irrigation, visites mensuelles les premières années, préparation du toit au printemps et à l’automne en (prévision de l’hiver).
  • Étude de la capacité portante du toit par un ingénieur en structure et recommandations;
  • Permis municipaux pour transformation de toiture;
  • Travaux de modification et de renforcement de la structure du toit si nécessaire;
  • S’il s’agit d’une toiture verte accessible ou qui sera fréquentée, le code du bâtiment exige la présence de garde-corps;
  • Frais professionnels : ingénieur, architecte (plans et devis), couvreurs, installateurs de toits verts;
  • Machinerie : des conteneurs s'il y a des travaux de renforcement et de démolition de vieille structure de toit et une grue pour acheminer les matériaux ;
  • Matériaux en fonction de la technologie de toit vert : terreau, végétaux, panneaux de drainage, membrane anti-racine, nouvelle membrane d’étanchéité, système d’irrigation, etc. Les principaux fournisseurs de technologies de toits verts peuvent faire une évaluation des coûts au m2 ou au pi2 en fonction de la technologie choisie;
  • Entretien (visites mensuelles les premières années, remplacement de végétaux, arrosage, système d’irrigation, etc.).

En termes d’inconvénient, il y a bien sûr le coût, particulièrement pour un immeuble existant dont la capacité portante de la toiture n’est pas suffisante pour accueillir une toiture verte et qui doit recevoir des travaux de renforcement.

Toutefois, dans la conception d’un nouveau bâtiment, prévoir une capacité portante suffisante pour l’installation d’un toit vert évite d’avoir à faire des travaux coûteux de renforcement et de modification de structure. Faire un toit vert sur un nouveau bâtiment permet de diminuer significativement les surcoûts.

Il y a également l’accès à la membrane d’étanchéité sous le système de toiture verte qui peut poser problème, surtout lorsque des réparations d’urgences sont nécessaires. Dans certains cas, il faut retirer l’ensemble des couches du système pour y accéder (végétaux, terreau, membrane anti-racine, panneaux de drainage, etc.). Toutefois, ce problème se règle généralement en prévoyant des sections du toit en ballast (autour des structures de ventilation, des drains et le long des parapets). De cette façon, des visites d’inspection et des réparations peuvent être effectuées plus aisément.

Les délais sont très variables et varient, entre autres, selon :

  • L’ampleur du projet et de la superficie du toit;
  • Un bâtiment existant ou non-construit;
  • La nécessité de réaliser des travaux de renforcement;
  • L’intervention sur un immeuble résidentiel, commercial ou industriel);
  • Le type de technologie à installer (ultra extensive, extensive, semi-extensive, intensive);
  • Les permis, demandes de dérogations et autres mesures règlementaires. Par exemple, la nécessité dans certains projets de toitures vertes d’être évalués par un comité consultatif d’urbanisme (CCU) ou d’avoir une autorisation du ministère de la Culture et des Communications si l’immeuble choisi est classé patrimonial ou dans un secteur classé patrimonial;
  • La météo…

Dans la majorité des arrondissements, un permis de construction est requis. Même s'il s'agit d'un bâtiment existant, car l'aménagement d'un toit végétalisé sur le toit est considéré comme une transformation (au sens du code national du bâtiment). Des normes et règlements supplémentaires s'appliquent ensuite lorsque le toit est accessible et les plans d'un architecte pourraient être requis afin d'assurer de s'y conformer. De même, il faut s'assurer de la conformité avec les règlements d'urbanisme, surtout si les installations seront visibles de la rue ou des autres bâtiments aux alentours. En somme, la réglementation actuelle varie beaucoup en fonction du type de construction, de la superficie au sol du bâtiment et de plusieurs autres facteurs. La coordination de plusieurs professionnels tels que des architectes, des ingénieurs, des urbaniste ou d'autres corps de métier spécialisés est généralement requise afin d'avoir les documents nécessaires à la délivrance du permis. Pour encadrer leur réalisation, la Ville de Montréal a sorti un guide technique en janvier 2014.

Qui plus est, la version actuelle du Code national du bâtiment du Québec n'encadre pas les toitures vertes et elles sont donc considérées non-conformes sur les bâtiment régis par la RBQ (bâtiments de plus de 2 étages et plus de 8 logements). Un guide sur les critères techniques visant la construction de toits végétalisés fut donc préparé et tout projet s'y conformant sera réputé conforme. Une demande de mesures équivalente devra toutefois être présenté si l'ensemble des critères ne peuvent être respectés.

L'installation d'un jardin sur le toit se fait en cinq étapes :

  1. Conception et choix du type de toit jardin (toit vert ou en bacs)
  2. Protection de l'enveloppe du bâtiment (installation des membranes)
  3. Installation des bacs / substrat de croissance
  4. Installation du système d'irrigation
  5. Plantation des végétaux

Pour d'avantage d'information sur la conception d'un jardin en bac, consulter le guide technique Implanter un jardin en bacs sur les toits

Pour le moment, le gouvernement du Québec n'offre pas d'aide financière aux municipalités pour ce type de projets. Le fonds vert de la Fédération canadienne des municipalités (FCM) finances, sous certaines conditions, d'autres types de projets environnementaux municipaux.

Le Coeur des sciences de l'UQAM organise durant l'été des visites du toit vert du Palais des congrès. Pour en savoir davantage, consultez la page

Le CEUM offre parfois des visites de son toit-terrasse. Le cas échéant, ces visites sont généralement affichées dans notre infolettre. Néanmoins, l'UQAM et le GRAME organisent des visites de toits verts, généralement pendant le mois de juillet. Pour en savoir davantage, consultez les pages : https://coeurdessciences.uqam.ca/


Ruelles vertes

  1. Consulter la publication Implanter un jardin en bacs sur les toits
  2. Les principaux types de bacs sont : semi-hydroponiques, smart pot, bio-top, bac en bois, tuyaux, bac sur rails.
  3. Le CEUM a travaillé sur plusieurs projets d'agriculture urbaine comportant des bacs, tels que :
    Projet Culti-vert
    Projet de verdissement participatif Ville en vert
  4. Autres exemples inspirants de culture urbaine en bacs à Montréal :
    Jardin de l'Hôtel Fairmount Reine Elizabeth
    Santropol Roulant
    Alternatives
    Ruelles vertes

Lors de l'aménagement d'une ruelle verte, il vous faudra prioritairement vous assurer de l'étanchéité des fondations des édifices jouxtant la ruelle. Le document suivant contient de précieux conseils à ce sujet


Plantes grimpantes

Le CEUM offre occasionnellement, à toute personne intéressée, des formations sur les plantes grimpantes. Pour connaître les dates des prochaines formations, consultez notre site web.

Vous en trouverez quelques-unes à la fin du guide produit par le CEUM : Les plantes grimpantes, une solution rafraîchissante (guide)

L'organisme pancanadien Evergreen subventionne des projets de verdissement locaux et durables (parcs, cours d'école et collectivités) partout au Canada. Pour les détails, consultez cette page : Sources de financement de la Source verte (Evergreen)

La vigne vierge et le lierre de Boston sont particulièrement adaptés pour s'implanter sur un mur sans support. Ce sont des plantes à croissance vigoureuses bien qui poussent bien sous notre climat. Vous les trouverez dans toute bonne pépinière.

À Montréal, certains éco quartiers en distribuent au printemps.

Vous pouvez : les commander sur le site de Jakob Inox Line

Si vous êtes bricoleur, les fabriquer vous-mêmes à partir de matériaux achetés dans tout bon centre de rénovation ou vous pouvez vous procurer le système Jakob Inox Line dans votre succursale Home Depot.


Agriculture urbaine

Les principaux projets du CEUM en matière de verdissement ou d'agriculture urbaine sont :

Verdir les murs et les toits de la ville (formation et accompagnements de citoyens et institutions, organismes, entreprises : plantes grimpantes, toits verts, toits jardin, plusieurs partenaires locaux/arrondissements)
Vert chez nous (îlots de fraîcheur dans les HLM de la rive sud de Montréal, partenaire : Office municipal d'habitation de Longueuil)
La Ville en vert (îlots de fraîcheur dans les HLM de l’île de Montréal, partenaire : Office municipal d'habitation de Montréal)
Culti-Vert (jardins potagers, toit verts partenaire Palais des congrès de Montréal)
Îlots de fraîcheur (cour écologique, verdissement de ruelles, murs et cours arrière, partenaire : Société de verdissement du Montréal métropolitain)
Toits verts (premier toit vert sur une résidence coopérative centenaire à toit plat de Montréal, documents de référence)

Le CEUM ne dispose pas des ressources pour offrir de l'aide en matière de jardins potager à vocation éducative. En ce qui concerne la formation horticole aux élèves du primaire, adressez-vous à votre éco-quartier. Pour obtenir des végétaux sans frais, renseignez-vous auprès de votre arrondissement.

Le CEUM offre à l'occasion des formations consacrées à différents thèmes reliés au verdissement. Pour connaître la date des formations et vérifier la disponibilité, consultez notre site web.
Autre ressource: L'UQÀM organise à chaque année l'École d'été sur l'agriculture urbaine


Jardins en bacs

Les bacs à réserve d'eau de type Alternatives et Biotop conviennent bien à l'aménagement de toits-jardins. En fonction de la capacité portante du toit, on peut également utiliser des bacs en bois et des bacs faits avec des matériaux recyclés. Pour une description détaillée, consulter la publication :
Implanter un jardin en bacs sur les toits
Et les bacs Urbiobacs, à ceux qui ne disposent que d'un petit budget.


Permaculture

La permaculture est une science de conception de cultures, de lieux de vie, et de systèmes agricoles humains utilisant des principes d’écologie et le savoir des sociétés traditionnelles pour reproduire la diversité, la stabilité et la résilience des écosystèmes naturels. La permaculture vise à créer, par une conception réfléchie et efficace, des sociétés humaines respectueuses de la nature et des hommes (source : http://madeinearth.wordpress.com/2009/10/12/definition-de-la-permaculture/)

Pour suivre une formation en permaculture, visitez les sites suivants :
http://www.ecohabitation.com/formations/cours
http://permaculturequebec.net/
http://www.archibio.qc.ca/


Compostage

Le CEUM a trois boîtes de compostage communautaire, dans la cour arrière du 3516, avenue du Parc à Montréal. Toutefois elles sont utilisées à plein capacité et ne peuvent être utilisées par des personnes supplémentaires.Ces boîtes sont réservées aux employés du CEUM et quelques résidants de Milton-Parc qui ont suivi une formation donnée par le CEUM. La capacité des boîtes est de 20 personnes.

Pour de l'information sur le compostage, adressez-vous à l'Éco-quartier le plus près de votre domicile ou visitez la page de la Ville de Montréal.

Pour une explication détaillée du processus de compostage, veuillez lire la fiche explicative : Le compostage c'est facile! Le processus

À Montréal, les jardins communautaires acceptent le compost produit par le secteur institutionnel, tout comme :
Compost Montréal
Le CRAPAUD
Sentier urbain

Pour connaître les organismes de collecte dans les autres municipalités du Québec téléphonez au bureau de votre municipalité

Les quatre méthodes de compostage les plus utilisées en milieu résidentiel sont :
Le fût
Le silo
Le tas
Le vermicompost

Pour obtenir des vers à compostage, adressez-vous à votre éco quartier

Vous trouverez des bacs à compostage résidentiel dans la plupart des centres de rénovation et quincailleries à grande surface. Pour ce qui est de l'engrais organique destiné aux plantes intérieures, votre choix devrait se porter vers l' engrais soluble. Vous en trouverez dans tout bon centre de jardinage. Pour les plantes extérieures, c'est le compost qui est le plus approprié.

Vous devez communiquer avec le Regroupement des jardins collectifs du Québec

La fabrication d'un bac à réserve d'eau ne nécessite qu'un minimum d'habileté technique, quelques outils et des matériaux recyclés faciles à trouver. Ces tutoriels vous indiqueront les étapes à suivre :
Fabriquer vos bacs à réserve d'eau intégré


Le service Coup de pouce est offert dans le cadre de la campagne Verdir de la Conférence régionale des élus (CRÉ) de Montréal.

alt

Restez en contact

Abonnez-vous à l'infolettre :

Suivez-nous: